La Coupe de France

1986-1987

L'ATAC a donc le privilège de participer à une des compétitions la plus vieille et la plus populaire de FRANCE : la Coupe de France. Pour son premier rendez-vous avec la " Vieille Dame ", l'ATAC effectue également son premier match officiel de son histoire. Pour le premier tour, qui se déroule en match aller-retour, l'adversaire désigné est ERVY AUXON. L'ATAC n'aura aucune pitié pour le pensionnaire de la Promotion, qu'elle élimine facilement 4-0 et 2-0. Pour le second tour, l'ATAC est exempt et pour son retour dans la compétition, elle rencontrera l'équipe de MUSSY. Une fois encore elle passe l'obstacle sans aucune difficulté 7-1. Après avoir éliminé au tour suivant CHALINDREY 4-1, le premier choc pour l'ATAC se déroule lors du cinquième tour puisque le tirage au sort a désigné l'U.S.M.ROMILLY, équipe de Division 4, qui plus est à domicile. Le 15 Novembre, devant plus de 1600 spectateurs, l'ATAC réalise son premier exploit en Coupe en éliminant un club hiérarchiquement supérieur, son voisin romillon, après un match héroïque ponctué par la terrible séance des tirs au but 5-4 ( 1-1 après les prolongations ). Au tour suivant, l'ATAC a encore le privilège de recevoir. Il s'agit de l'Olympique de CHARLEVILLE, habitué aux joutes de la Division 3. Mais cette fois-ci le rêve se termine non s'en avoir résisté de fort bel manière, l'ATAC étant éliminée aux tirs au but 4-1 ( 0-0 après les prolongations ).

 

1987-1988

Lors de sa deuxième campagne, l'ATAC passe sans encombre les premiers tours en éliminant successivement l'A.S. ROMILLY ( 2-0 ), SIGNY L'ABBAYE ( 6-0 ), et le C.O. CHALONS ( 2-1 ). Pour le septième tour, le tirage au sort a désigné un club professionnel, en l'occurrence l'U.S. ORLEANS, pensionnaire de la Division 2. En quelque sorte un tirage idéal puisque le match se déroule au Stade de l'Aube. Le 19 Décembre, devant plus de 3000 spectateurs, les Troyens offrent une formidable résistance à ses joueurs professionnels trop sûr d'eux. Néanmoins ORLEANS confirme son rang et élimine dans la douleur, après prolongations, 2-1 des Troyens très courageux.

 

1988-1989

Pour cette nouvelle campagne, après avoir passé l'obstacle BREVIANDES ( 4-0 ) au quatrième tour, la Coupe offre une nouvelle affiche au Stade de l'Aube. L'ATAC accueille CHAUMONT, équipe de Division 3. Le 11 Novembre, devant plus de 3000 spectateurs, elle est bien proche de créer un nouvel exploit, SADIWA ouvrant rapidement le score. Malheureusement le réalisme chaumontais va payer. Sans maîtriser parfaitement son sujet, CHAUMONT s'impose par le plus petit des écarts 2-1. L'ATAC sort une nouvelle fois grandie de cette compétition.


1989-1990

Depuis sa première participation, cette campagne ne marquera pas l'histoire du club. L'ATAC se qualifiera quand même pour le septième tour après avoir éliminé la RIVIERE DE CORPS 6-0, sorti péniblement le C.O. CHALONS, Division Honneur, aux tirs au but et passé l'obstacle CHEVILLON 5-1. Au septième tour donc, l'ATAC est confrontée à un partenaire du championnat : SAINT CHRISTOPHE de CHATEAUROUX et sans gloire l'ATAC est éliminée de la compétition 2-0.


1990-1991

Après avoir connu les joies de la montée en Division 3, l'ATAC réalise une de ses plus belles épopées en passant assez facilement les obstacles que sont SAINT DIZIER ( 1-0 ), VERTUS ( 5-2), VERSAILLES ( 3-1 ) et JARVILLE ( 4-0 ). Pour la première fois, l'ATAC se qualifie pour les trente deuxièmes de finale de la Coupe de France. Le tirage honore cette qualification en proposant une somptueuse affiche au Stade de l'Aube : l'ATAC sera confronté à ANNECY, équipe phare de la Division 2. Le 9 Mars, devant plus de 5000 Spectateurs, l'ATAC fait une nouvelle fois honneur à sa réputation de se surpasser lors des matches au sommet. Les Troyens bousculent ANNECY qui arrive non sans mal à contrôler la pression de joueurs qui n'ont qu'une seule idée en tête : créer l'exploit. Pour contrecarrer ces plans, ANNECY se montre à plusieurs reprises dangereux et c'est tout naturellement qu'ils ouvrent le score par l'intermédiaire de MONATE et mènent à la mi-temps 1-0. Alors que l'on s'achemine tout droit vers une qualification, dans la douleur d'ANNECY, AUSSEMS, sur un centre venu de nul part, arrache de la tête un match nul qui nous conduit vers les prolongations. Mais il était dit que ce ne serait pas ce soir que l'ATAC éliminerait un club professionnel. DELIBASIC, qui c'est dépensé sans compter durant tout le match dévit malencontreusement un centre de MONATE dans ses propres filets. Le parcourt de l'ATAC s'arrête aux trente deuxièmes de finale mais comment ne pas retenir cette formidable leçon de courage face à des professionnels trop sûr d'eux.

 

1991-1992

Lors de cette campagne, l'ATAC va signer une des plus belles pages de son histoire mais également du football troyen. Après avoir éliminé successivement VERTUS et MESSEMPRE 3-0, le tirage au sort pour le septième tour a désigné les professionnels de LOUHANS CUISEAUX, au Stade de l'Aube. Le 21 Décembre, devant plus de 2500 spectateurs, pour la troisième fois de son histoire l'ATAC rencontre un club professionnel et elle ne souhaite pas laisser passer sa chance de créer un hypothétique exploit. Les Troyens survoltés comme jamais vont littéralement humilier une équipe louhannaise habituée à jouer les premiers rôles en Division 2. C'est à se demander qui évolue justement en Division 2. C'est un véritable raz de marée troyen qui s'abat sur le but louhanais, qui résiste tant bien que mal. Et c'est tout logiquement que DELIBASIC ouvre le score après une demi-heure de jeu. LOUHANS CUISEAUX tente de répliquer mais il n'en sera rien. Il est écrit que ce soir l'ATAC serait reine. En deuxième mi-temps, l'ATAC accentue sa pression et sera finalement récompensée de ses efforts dans le dernier quart d'heure de jeu. DEWYNTER puis DELIBASIC alourdissent une note bien salée : 3-0. Score tout à fait logique au vu de la physionomie du match, que LOUHANS CUISEAUX ne contestera pas. Pour la première fois, l'ATAC élimine un club professionnel et de quelle manière! Pour le tour suivant, la Ligue a décidé que l'ATAC représenterait la Métropole face aux équipes des DOM TOM. Le 26 Janvier, l'ATAC s'envole vers la REUNION pour affronter BRAS PANON. Une nouvelle fois, les Troyens imposent leur loi et éliminent sans grande difficulté les Réunionnais 3-0. Et pour la deuxième année consécutive, l'ATAC est présente dans le tableau final. Pour les trente deuxièmes de finale, il lui est proposé SAINT PRIEST, formation de Division 3. Décidément les Troyens sont inspirés pour cette compétition puisqu'ils éliminent facilement cette formation 2-0 grâce à un doublé de N'GOMBE en première mi-temps. Pour la première fois de son histoire, l'ATAC se qualifie pour les seizièmes de finale.

Le tirage lui propose un déplacement délicat à SAINT OMER, pensionnaire Division 3. Malheureusement, ce déplacement marquera la fin d'une belle aventure, l'ATAC étant éliminée aux tirs au but 3-2 ( 0-0 après prolongations ). On constatera quand même que lors de cette épopée, l'ATAC n'aura encaissé aucun but au court de ses six matches, exploit rarissime.

 

1992-1993

Alors que les Troyens ont du mal à se dépêtrer d'un championnat très relevé, la Coupe leur propose un ballon d'oxygène. Après avoir péniblement éliminé BOLOGNE ( 2-0 ), SAINT DIZIER aux tirs au but et SENS ( 3-1 ), le tirage au sort du huitième tour, le 23 Janvier, propose à l'ATAC de se déplacer à SEDAN, Division 2. Un derby, qui s'annonce inégal, ayant même les faveurs d'une retransmission télévisée. Quoi qu'il en soit, les Troyens espèrent réussir l'exploit. Dès le début du match, les Ardennais imposent leur rythme mais c'est l'ATAC qui est proche d'ouvrir le score avec une frappe de DELIBASIC qui vient s'écraser sur le poteau droit du but sedanais. Néanmoins, SEDAN est largement dominateur sans toutefois se créer d'occasions franches. En tout cas, les Troyens tiennent bon et obtiennent le droit de disputer les prolongations qui seront malheureusement fatales à l'ATAC. En début de prolongation, LOUVRIER déséquilibre OLIVERA à la limite de la surface de réparation. L'arbitre n'hésite pas et indique le point de penalty, un penalty qui sera transformé par AUNIAC. Les Troyens tenteront bien de revenir au score mais leurs efforts resteront vains. L'ATAC quitte la compétition la tête haute.


1993-1994

Cette campagne est historique. Pour la première fois depuis sa première participation, l'ATAC est éliminé par un club hiérarchiquement inférieur à elle, qui plus est à domicile. Le mérite en revient à EPERNAY, club de Nationale 3, qui aura joué sa chance à fond en éliminant les Troyens 1-0. L'ATAC quitte prématurément la Coupe la tête basse.


1994-1995

Une nouvelle fois, l'ATAC est éliminée par un club hiérarchiquement inférieur. Le STADE de REIMS, heureux élu, se survolte lors d'un derby très musclé. Mais c'est tout naturellement que les Rémois passe l'obstacle aubois lors des prolongations 2-1.


1995-1996

Décidément la Coupe ne réussit plus à l'ATAC. Lors de ses premières participations, le club franchissait au moins trois à quatre tours mais depuis 1993 il lui est impossible de se dépêtrer d'adversaire inférieur sur l'échiquier national. Une nouvelle fois les Troyens se font surprendre par une formation marnaise, en l'occurrence TINQUEUX. Après avoir rapidement ouvert le score, TINQUEUX défendra héroïquement son faible avantage. Une dépense d'énergie qui sera récompensé par une qualification devant une équipe auboise empâter et manquant de réalisme.

 

1996-1997

Cette campagne constitue indéniablement la plus belle page de l'histoire du club, qui vient de découvrir le football professionnel. Pour les septièmes et huitièmes tour, le tirage au sort propose des adversaires largement à la portée des Troyens, que ces derniers franchissent assez facilement ( CORBEIL 4-1 et LE PERREUX 2-0 ). Pour son retour dans le tableau final, EPINAL se place sur son chemin. Et l' ATAC, dans la douleur et dans des conditions climatiques exécrables, se qualifie aux tirs au but 6-5 ( 0-0 après prolongations ).

Pour la deuxième fois de son histoire, l'ATAC participe donc aux seizième de finale. Le tirage au sort est impitoyable : les Troyens devront se déplacer le 8 Février à RENNES, club de Division 1, invaincu à domicile. Ce n'est sans compter sur des joueurs déterminés à passer l'obstacle breton. Et plus le temps passe, plus les affaires s'annoncent bonnes pour l'ATAC. A l'heure de jeu, sur un contre rondement mené, MONIER sert LAQUAIT dans l'axe qui ne se laisse pas prier pour aller battre le portier breton. Dès lors, les Troyens se multiplient pour défendre cet avantage et leurs efforts sont récompensés puisque c'est sur ce score que l'arbitre renvoie les deux équipes aux vestiaires. L'ATAC réalise là un exploit sans précédent mais le meilleur est à venir.

Pour les huitièmes de finale, le tirage au sort propose AUXERRE, champion de France et tenant de la Coupe, qui plus est au Stade de l'Aube. Il aura fallu attendre onze ans pour qu'un club de Division 1 viennent fouler la pelouse du Labourat face à l'ATAC. Et donc le 28 Février ce sont plus de 10000 spectateurs qui se massent dans les tribunes ( après de vives polémiques quant à la distribution des places auprès des fidèles du club ). AUXERRE prend ce rendez-vous très au sérieux et se présente au grand complet avant une échéance européenne importante. Toutes ses stars sont là, de quoi être impressionné. Il n'en est rien. A la technique, les Troyens répondent par leur présence physique et une parfaite maîtrise tactique de l'espace, les hommes de PERRIN sont parfaitement placés sur le terrain, chacun se dépensant sans compter. Malgré quelques petites frayeurs, les Troyens contiennent la pression auxerroise. Braud se permettant le luxe de tenter un lob astucieux de plus de quarante mètres qui est bien près de tromper CHARBONNIER. Les deux équipes se quittent à la mi-temps sur le score de 0-0. Pour la seconde période, AUXERRE accentue sa pression, déterminer à éviter les prolongations. Quant à l'ATAC, elle joue crânement sa chance et l'entrée de MERDY à la soixante-dix septième minutes va changer le cours de l'histoire. A la quatre vingt-neuvième minute, bien lancé par MAUFROY, il se présente seul devant CHARBONNIER mais il manque le cadre. On se dit alors que l'ATAC a laissé passer sa chance. Ce n'est sans compter sur cette détermination qui permet aux joueurs de rivaliser avec le premier club français. Lors des arrêts de jeu MONIER s'arrache une dernière fois pour centrer, MAUFROY, au point de penalty, remet vers MERDY qui, de la tête, vient battre CHARBONNIER. L'histoire est en marche. AUXERRE, invaincu face à des formations hiérarchiquement inférieures tombe chez son voisin aubois. Le Stade chavire de bonheur et entonne : " Et ils sont où les Auxerrois ". A la rue pardie. Les Troyens entament un tour d'honneur mérité et au vu du match, la qualification n'est pas volée ( contrairement aux propos de Guy ROUX ) : sans dominer elle a su marquer le but au moment opportun alors que les Auxerrois ont eu plusieurs fois l'occasion de prendre l'avantage. L'élève dépasse le maître. Maintenant tous les rêves sont permis. Pour les quarts de finale, le tirage désigne LAVAL, mais le match aura lieu en Mayenne. Le 28 Mars, ce sont plus de 1000 Troyens qui rejoignent l'ouest de la France pour espérer voir son équipe réalisée un nouvel exploit. Malheureusement chaque histoire a une fin et l'ATAC quitte la Coupe la tête haute. Cette formidable épopée aura permis au club d'être reconnu dans l'hexagone. De bon augure pour le futur.

 

1997-1998

Problablement la pire humiliation du club en coupe. Troyes équipe professionnel de D2 est éliminé par le Stade Auxerrois, équipe de promotion d'honneur, soit l'équivalent de 6 divisions d'écarts. L'attitude des joueurs lors de ce match ne reflète pas l'esprit professionnel, une cuvée à vite oublié

 

1998-1999

Après avoir fait son travail face à Vésoul et Blénod, deux équipes de CFA2 ( respectivement 4-0 et 2-0 ), l'ATAC a le privilège de recevoir Montpellier, club de l'élite. En cette fraiche après midi, les choses ne vont pas trainer puisque Tomczyk ouvre rapidement la marque. Montpellier semble ko, ne réagit pas ce qui facilite la tâche des troyens qui n'ont pas à forcer leur talent. La pause est acquise sur ce score. Au retour des vestiaires, les troyens remettent une nouvelle fois la pression et oblige Sylvestre a trompé son propre gardien. Pour les troyens maintenant il faut tenir. Montpellier réagit alors qu'il ne reste qu'un quart d'heure à jouer. Cela sera suffisant pour inquiéter une équipe qui ne sait plus quoi faire. La réduction du score montpelliéraine donnera quelques frissons mais finalement l'ATAC tiendra bon jusqu'au bout et tient son exploit. Pour le tour suivant, c'est un véritable piège qui attend les troyens : Ajaccio du fantasque Olmeta en corse. Malgré les intimidations de toutes part, les troyens ne se laisse pas impressioner et repart avec l'essentiel, une qualification acquise dans la douleur, aux pénaltys. Et pour la seconde fois de son histoire, l'ATAC se qualifie pour les huitièmes. Le tirage semble abordable, puisqu'il propose Angoulême, club de nationale, mais le danger subsiste puisque le match aura lieu en Poitou-Charentes. Malheureusement, Angoulême sera plus réaliste que Troyes et élimine sans gloire les troyens.

 

1999-2000

Privilège oblige, évoluant maintenant en D1, l'ATAC accède directement aux 32eme finales. Le tirage propose Vannes ( CFA2 ). Les troyens obtiennent une difficile qualification 1-0. Au prochain tour l'ATAC devra se déplacer à Lyon. Dans un match sans saveur, les lyonnais obtiennent sans trop de difficulté le droit de disputer le prochain tour ( 1-0 ). Pour les troyens il ne reste plus que le maintien comme objectif de fin de saison.

 

2000-2001

Cette édition va procurer la plus belle épopée du club et pourtant les choses n'auront pas été facile. Tout d'abord pour son entrée dans la compétition, l'ESTAC defra se déplacer à Lens. Et les deux équipes se renvoient coup pour coup. Les lensois ouvre d'abord le score avant que Saïfi ne remette les deux équipes à égaliter juste avant la pause. Au retour des vestiaires, Lens reprend l'avantage et croit tenir la qualification mais Djukic ne l'entend pas ainsi et envoie les deux équipes en prolongation. Le temps supplémentaire ne donnant rien il revient aux gardiens de faire la décision. Et Heurtebis, impeccable pendant toute la rencontre, donne à son tour l'avantage aux troyens et finalement c'est Goussé , en transformant son pénalty, permet à l'ESTAC de poursuivre l'aventure. Au prochain tour l'ESTAC se déplacera à Auxerre pour rencontrer Sens. Après s'être fait quelques frayeurs en première période, les bourguignons menant 1-0, les troyens obtiendront toutefois la qualification en inscrivant trois buts en 20 minutes. Pour les huitièmes de finales, l'ESTAC reçoit Wasquehal, formation de D2. Les troyens assurent l'essentiel en l'emportant 1-0 ( score acquis à la mi-temps ). En quart de finales, le deuxième dans l'histoire du club, nouveau match piège puisqu'il faudra défier les Grenoblois, équipe de D2, chez eux. Et pour tout dire, les choses sont très mal engagées, puisqu'à l'heure des jeux, les isérois mènent 2-0. On se dit que la fin de l'aventure est proche. Pourtant en dix minutes, Rothen dans un premier temps puis Djukic remettent les deux équipes à égalité. Les troyens s'imposeront finalement dans les prolongations grâce à deux nouveaux buts.


L'ESTAC n'est plus qu'à un match de la finale et du stade de france. La dernière marche à franchir sera à Amiens, chez les picards. C'est un véritable non match que vont livrer les troyens complètement tétanisés par l'enjeu. De son coté, Amiens ne prend aucun risque mais défend très bien. Le temps réglementaire ne donnant rien, on espère que les troyens vont forcés la décision lors des prolongations. C'est ce que l'on croit quand Niang catapulte le ballon au fond des filets, mais l'arbitre refusera ce but estimant que le troyens avait controlé le ballon de la main. Finalement ce sont les tirs au but qui vont départager les deux formations. Djukic rate sa transformation, et c'est finalement Hamed, ancien amiénois, qui condamne les troyens. L'ESTAC ne connaitra pas les honneurs d'une finale nationale.

 

2001-2002

Pour le premier tour, l'ESTAC reçoit Nice, formation de D2. Le match est équivalent à la température durant le match : glaciale. 120 minutes n'auront pas suffi pour départager les deux formations sur un terrain difficile. C'est à cet instant qu'Heurtebis décide d'enfiler son maillot de zorro. Le portier troyen arrête toute les tentatives niçoises et obtient la qualification pour le prochain tour. Et justement pour ce prochain tour, l'ESTAC a le privilège d'aller défier Strasbourg, tenant du trophée et pensionnaire de D2. Malheureusement l'ESTAC ne fera pas honneur à son rang et sera éliminé sans gloire en alsace

 

2002-2003

Cette édition rejoint de manière peu gloirieuse les annales du club. L'ESTAC, équipe de L1, se déplace à Schiltigheim, équipe de CFA2. C'est une véritable humiliation, une de plus pour cette saison, que connait le club. Certes dans des conditions difficiles, mais pour les deux équipes, les troyens fournissent une triste représentation. Le but dans les arrêts de jeu ne changera rien face à cette parodie de football contre des amateurs. Résultats final 3-1 mais surtout un énorme choc psychologique à surmonter pour le reste de la saison.

 

2003-2004

Lors des deux premiers tours, les troyens assurent l'essentiel, non sans mal, face à Chalons et La Flèche, deux clubs de CFA2 ( respectivement 4-1 et 1-0 ). Pour les trentes deuxiemes de finales, l'ESTAC a le privilège d'aller défier Paris dans son stade. Pour espérer un hypothétique exploit, les troyens devront jouer tous les coups à fonds. Et c'est ce qu'ils font. En trois minutes, les troyens marquent deux buts laissant les parisiens ko debout. Pendant une heure, ils vont bien tenter de revenir, mais les troyens résistent admirablement. Et pourtant l'impassable va se réaliser. A la 88eme minute, l'ESTAC mène toujours 2-0 et pourtant trois minutes après on va devoir jouer les prolongations. Impensable, pire les parisiens inscrivent un troisième but au tout début des prolongations. Les roles ont complètement changé et ce sont maintenant les troyens qui sont ko debout. Le score n'évoluera plus et c'est au prix d'un scénario incroyable que l'ESTAC quitte la compétition.

 

2004-2005

Une campagne qui ne fera pas date. Une nouvelle fois l'ESTAC se fait éliminer en 1/32 finales par Albi ( CFA ) 3 - 1, qui plus est à domicile.

 

2005-2006

Décidemment rien ne va plus entre l'ESTAC et la coupe de France. Le club troyen quitte une nouvelle fois dame coupe en 1/32 finales en subissant une véritable humiliation en s'inclinant 3 - 2 dans les prolongations à Calais ( CFA2 )

 

2006-2007

Une ESTAC toujours égale à elle même pour son entrée dans la compétition. Le tirage au sort propose le club de Ligue 2 Libourne Saint Seurin, ancien club de Jean Marc Furlan. Une 1ère mi-temps somme toute maitrisé malgré l'expulsion de Nivet mais l'ESTAC mène 2-1. Une 2eme mi-temps catastrophique va voir l'équipe sombré dans leridicule et s'incline lourdement mais logiquement 4-2, comme d'habitude

 

2007-2008

L'ESTAC fait le boulot lors des 7eme et 8eme tours en éliminant successivement Forbach ( dh 1-0 ) et Jarville ( cfa2 3-1 ). POur le compte des 32eme de finales, le club se rend à Montpellier, équipe chère à notre loulou national. Un match où l'ESTAC se fait éliminer dans l'indifférence totale 1-0.

 

2008-2009

Que serait la coupe de France sans une élimination grotesque de l'ESTAC. Apres avoir éliminé successivement mais à chaque fois laborieusement St Priest ( cfa 2 4-4 puis 4-3 tab )), ancien bon souvenir pour le club, Beauvais ( nat 3-1 ), et Louhans Cuiseaux ( nat 1-0 ap ), l'ESTAC a la chance d'accueillir Rodez club de National. Et se n'est pas Batelli, coach d'alors, en s'excusant publiquement au micro de notre speaker Carlos Cassis qui changera quoi que ce soit. L'élimination 2-1 n'est que le simple résumé de ce groupe sans ame qui emmenera le club jusqu'à la relégation

 

2009-2010

Pour la 1ere fois depuis 1995, l'ESTAC commence la compétition dès le 5eme tour. Sezanne ( dh 4-0 ) reste une simple formalité. Le 6eme tour propose par contre un alléchant derby face à Reims, le club ne se laisse pas prier pour imposer sa loi sur son terrain ( 2 - 1 ). Les victoires face à Bischeim ( cfa2 6 - 0 ) et Selongey ( cfa2 2 - 1 ) emmène une nouvelle fois l'ESTAC dans le tableau final. Alors en National, c'est presque l'ESTAC qui fait figure de favori à Vannes alors en L2. L'ESTAC croit tenir son exploit mais se fait egaliser dans les arrets de jeu des prolongations. Le moral atteint, Vannes fait respecter la hierarchie et s'impose 8-7 aux tab. Dommage une fois de plus.

 

2010-2011

Au 7eme tour, l'ESTAC décroche sa qualification avec une victoire historique 12-0 face à Chateau Thierry ( dh ). La suite sera plus banale, avec une victoire à Schiltigheim ( cfa2 3-0 ), terrain qui reste à ce jour la pire humiliation subit par le club. En 32eme, l'ESTAC a la chance de recevoir Metz, L2. Elle n'en fera rien, s'inclinant durant les prolongations 3-2. Décidement l' ESTAC est vraiment faché avec la coupe.

 

2011-2012

L'ESTAC débute par Nouaillé, ( cfa2 ) pour débuter la compétition. Un obstacle que le club franchit assez facilement 2-0. Au tour suivant, l'ESTAC se déplace à Raon l'Etape ( cfa ). A priori un match que le pensionnaire devrait gérer. Mais les vosgiens ont l'habitude des exploits, et quand on connait les troyens habitués des mauvaises surprises, les joueurs ne font certainement pas un exces de confiance. Et les vosgiens le leur rendent bien puisque c'est finalement grâce à la séance des tirs au but que le club arrive à se sortir de ce match piège par ecellence. Encore une fois l'ESTAC retrouve les joie des 32èmes. Elle a la chance de se retrouver face à une L1, malheureusement le tirage a décidé que le match se jouerait à Caen. Alors qu'en championnat, l'ESTAC n'est pas encore parvenue une seule fois à s'imposer à l'extérieur, ce sont pourtant les troyens qui mènent 2-0 à la mi-temps grâce à Thiago et Cacéres. L'ESTAC tient son exploit. Mais en 10 min les normands reviennent au scor et envoient les 2 équipes en prolongations. Mais les joueurs tiennent à leur exploit et finalement Marcos puis Grax offrent enfin les lumières des bonnes surprises en coupe et l'ESTAC s'impose finalement 4-2 à d'Ornano. ON se rpend à réver alors d'une grosse affiche au stade de l'Aube ou alors un "petit" pour poursuivre l'aventure. C'est finalement le Gazelec ( National )qui se présente. Le match piège par excellence, surtout en corse. Mais comme le coach a décidé de faire tourner l'effectif pour ce match, l'équipe se présente avec les jeunes pousses comme titulaire. De quoi augmenter encore un peu plus, comme s'ils en avaient deja besoin, la motivation corse. Les faits ne donnent pas raison à Furaln, car au fil des minutes on se rend compte que les corses ne lacheront rien et c'est assez logiquement que le Gazelec va poursuivre l'aventure ( jusqu'en demi pour rappel ). Une belle occasion de gacher une fois de plus.

 

2012-2013

Pour son entrée en lice, l'ESTAC se déplace chez Montceau les Mines pensionnaire du CFA. Que la bataille fut rude mais les troyens obtiennent tout de même une qualification douloureuse 1-0. Au tour suivant, l'ESTAC touche à nouveau une CFA, Fontenay le Comte. Cette fois ci les troyens sont dans de meilleurs dispositions et s'imposent 5-0. L'ESTAC retrouve les 1/8emes pour la premiere fois depuis l'épopée de 2001, est-ce un signe ? Pour ce tour, le tirage impose au troyens de se rendre à Sochaux, autre club de l'élite en difficulté. Et les troyens ne se posent aucune question pour obtenir une qualification de haute lutte et offrir pour la premiere fois un quart à domicile, face à Nancy, un club dans la même situation que l'ESTAC en championnat. Quoi qu'il en soit, les troyens ne laissent pas passer l'occasion et s'imposent assez facilement 3-0. Les supporters commencent à rêver quand le sort décide que l'ESTAC recevra pour la demi finale. Sur sa route, seul Bordeaux peut empécher le club de monter à Paris. Dans un stade chauffé à "bleu" tout le monde y croit. L'espérance s'accentue quand Bahebeck ouvre le score au bout de 10 min, le stade est en folie, on se dit que le grand jour est arrivé. Malheureusement Bordeaux connait se genre de situation et ne panique pas. L'égalisation juste avant la pause ralenti la ferveur troyenne. Mais le sort s'annonce cruel. Bréchet, pourtant un des meilleurs troyens de la saison et de ce match à le malheur de marquer contre son camp et de reduire à néant les espoirs du peuple bleu. L'aventure s'arréte une nouvelle fois au porte de la finale.

 

2013-2014

Triste millésime pour cette édition. Pour la première fois depuis l'édition 1997/1998, l'ESTAC ne verra pas les 32èmes. Au septième tour, les troyens éliminent non sans mal les amateurs de Chauny 4-0. Mais lors du huitième tour, l'ESTAC se déplace à Cannes, pourtant un fameux souvenir en 1999. Cette fois ci point de miracle, les troyens s'inclinent sans gloire 2-1 face aux azuréens.

 

2014-2015

L'ESTAC est de nouveau faché avec la coupe de France. Après un 7ème tour compliqué mais gérer professionnellement face à Chambly, solide promu du National, et victoire 2-1, le club reçoit l'affiche du 8ème tour Nancy. Les Lorrains, on commence à les connaitre. Alors que les 2 clubs se sont rencontrés 15 jours plus tot en championnat, les nancéens prennent leur revanche et élimine nos bleus 3-1.

 

2015-2016

Grâce à son statut de club de l'élite, l 'ESTAC fait son entrée lors des32èmes de finales. match toujours piège face au club de moins en moins amateur. Quoiqu'il en soit, dans la difficulté mais avec coeur vu la saison, l'équipe évite le piège dunkerquois et se qualifie 4-3 après prolongations. Au tour suivant, avec courage, Concarneau poussera l'ESTAC dans les cordes mais finalement les troyens passe au tour suivant grace à un succès 3-1. Pour les 8èmes, l'ESTAC à l'avantage de recevoir, avantage relatif car ils s'agit des verts qui arrivent. Un coup franc platinien de notre divin chauve pour arracher les prolongations et quelques espoirs. Il n'en sera rien et ce sont bien les stephanois qui poursuivre la route.

Sommaire / Coupe de France / Coupe de la Ligue / Coupe d'Europe