La Coupe de la Ligue

1996-1997

Après avoir découvert la joie d'évoluer dans le championnat de France de Deuxième Division, l'ATAC part dans une nouvelle aventure : la Coupe de la Ligue, compétition exclusivement réservée aux clubs professionnels de l'hexagone.

Pour le premier tour ( les clubs de Division 1 n'y figurent pas ),
l'ATAC a le privilège de recevoir SOCHAUX, favori numéro un pour l'accession à la Division 1. Mais dans ce cas, il s'agit d'un match de coupe et donc tout est possible. Le 23 Octobre, l'ATAC participe donc à son premier match de cette coupe. Près de sept mille supporter se sont massés dans les tribunes pour voir évoluer une équipe qui surprend, l'ATAC, face à une équipe en pleine euphorie, SOCHAUX qui vient de battre le RED STAR sur le score sans appel de 7 - 1. Ces deux équipes proposent un match magnifique digne de la Première Division. Les Doubistes imposent le rythme mais ce sont les Troyens qui ouvrent le score par MAUFROY suite à une magnifique combinaison entre LAQUAIT et DI ROCCO. Ce dernier frappe au but dans un premier temps puis récupère le ballon pour ensuite centrer sur son comparse MAUFROY qui loge le ballon au fond des filet d'une tête imparable pour le portier sochalien. Le stade chavire de bonheur et c'est sur ce score que monsieur SARS renvoi les deux équipes aux vestiaires pour la mi - temps. A leur retour des vestiaires, SOCHAUX accentue sa pression mais sur un corner troyen, DI ROCCO, au premier poteau catapulte le ballon pour la deuxième fois au fond des filets. 2 - 0 après une heure de jeu, les affaires semblent bien engagées pour l'ATAC. Malgré un dernier sursaut des Doubistes, l'ATAC contrôle parfaitement son sujet et c'est sur ce score que l'arbitre siffle la fin du match. Le public exulte. Pour ses retrouvailles avec le football professionnel, l'ATAC continue de surprendre. Elle vient d'afficher un gros poisson à son palmarès. Outre la qualification, franchir le premier tour est également une belle manne financière pour le club. Il ne reste plus qu'à espérer qu'une équipe pensionnaire de la Division 1 se présente sur le chemin de l'ATAC pour que l'aventure soit encore plus prestigieuse.

Pour le second tour, le tirage idéal aurait pu avoir lieu: en effet, comme bon nombre de spectateurs et de joueurs l'espéraient, l'ATAC sera confronter à une équipe de Division 1 et pas n'importe laquelle puisque l'ATAC devra défier l'A.S. MONACO, leader du championnat. Malheureusement, le tirage a décidé que ce serait MONACO qui recevrait au grand désespoir des supporters. Nul doute que cette affiche aurait attirer la grande foule. Néanmoins, l'ATAC prend son rôle de challenger très au sérieux. Et donc le 11 Décembre, l'ATAC rencontre pour la première fois de son histoire une équipe de Division 1 en match officiel. Contrairement à ce qui aurait pu se passer si le match avait eu lieu à TROYES, le match se déroule devant une petite assistance ( à peine plus de mille spectateurs ) et le moins que l'on puisse dire est que les Troyens, en ce début de match, semble impressionné par la valeur de l'adversaire. Mais ils jouent crânement leur chance et bizarrement à la treizième minute, sur un centre de MONIER , DI ROCCO surprend tout le monde et trompe PORATO d'un coup de tête imparable. L'exploit est en marche. On se dit alors que les Troyens vont souffrir. Mais les Monégasques semble hors-sujet, sans doute trop sûr d'eux. Néanmoins GRASSI remet les deux équipes à égalité à la demi-heure de jeu. Dans la foulée, IKPEBA donne l'avantage à un A.S. MONACO peu fringant.Quoi qu'il en soit il domine péniblement leur sujet et on pense alors que pour l'ATAC, il sera difficile de revenir. Ce n'est sans compter sur DI ROCCO qui juste avant la mi-temps permet aux Troyens de revenir à égalité grâce à un formidable coup de tête suite à un centre de LAQUAIT. Les deux équipes rejoignent les vestiaires sur ce score de parité, résultat inespéré pour nos Troyens. A la reprise, MONACO est bien décidé à se dépêtrer de ce piège et c'est GRASSI, une nouvelle fois de la tête, qui redonne l'avantage aux Monégasques. Cette foi-ci, les joueurs de la Principauté accentue leur pression pour éviter toute surprise. Mais la volonté ne justifie pas tout. Sur un contre rondement mené, MONIER centre pour la tête de ... DI ROCCO qui pour la troisième fois de la soirée trompe le portier monégasque et s'octroie pour un soir le titre de prince. Ce qui n'était qu'un rêve en début de rencontre commence à se concrétiser et les Troyens y croient fermement, défendant ce score corps et âmes. Et leurs efforts sont récompensés puisqu'ils gagnent le droit de jouer les prolongations. Contre un des ténors de Division 1, pouvoir rivaliser à ce niveau de jeu, c'est un authentique exploit que sont en train de réaliser les joueurs Troyens. Il est regrettable toutefois que sur plusieurs actions de un contre un avec le gardien qu'ils aient manqué de fraîcheur d'esprit. En tout cas les prolongations ne donnent rien et il faudra avoir recours au tirs au but pour départager les deux équipes. Qui l'eut cru. Malheureusement la fatigue se refait sentir et MAUFROY puis BOISSEAU, pourtant héroïque, manque la cible. Le rêve se termine mais quoi qu'il en soit, les Troyens auront su pousser les Monégasques jusque dans leur dernier retranchement. Un succès de l'ATAC aurait été une surprise mais au vu du match, en rapport aux efforts fournis, n'aurait pas été illogique. Mais comme le fait si bien remarquer David BOISSEAU: " quand on la chance de rivaliser avec une équipe comme MONACO, on ne peut en tirer que des choses positives ". L'ATAC est en train de se faire un nom aux yeux du football professionnel.

 

1997-1998

Pour cette édition, l'ATAC se déplace à Niort. Dans la venise verte, ce n'est pas un conte de fée que vont vivre les troyens mais plutôt un cauchemar qui s'inclineront sans gloire 3-0.

 

1998-1999

Pour le premier tour, le tirage propose Wasquehal, dans le nord. Comme souvent face au nordiste, c'est un matchapre, tendu qui se dispute entre deux formations très craintive l'une envers l'autre. C'est finalement Cabezas à un quart d'heure du terme qui offre la qualification. Au tour suivant, l'ATAC devra se déplacer à Strasbourg, pensionnaire de l'élite. Au cours des 90 minutes, les deux équipes ne réussiront pas à se départager ( 1-1 ), Bertin inscrivant les deux buts du match dont un contre son camp évidemment. C'est au cours des prolongations que l'ATAC va réaliser un véritable festival offensif en humiliant une équipe alsacienne bien faible. C'est sur le score de 4-1 que le club obtient son billet pour la suite de la compétition. Au tour suivant, le club devra une nouvelle fois se déplacer chez un pensionnaire de D1, Rennes. Mais cette fois-ci, le coach qui estime que le plus important pour le club, c'es le championnat. Il décide d'envoyer une équipe B pour ce rendez-vous. En début de match, on retrouve donc une équipe totalement diminuée. Néanmoins l'équipe tient le choc et on se dit qu'à la pause, l'exploit est toujours possible. Malheureusement, Rennes va prendre les choses en main et en un quart d'heure, les bretons vont inscrire 3 buts à une défense inexpérimenté. Finalement Rennes s'imposera 4-0.

 

1999-2000

Le tirage a désigné Bordeaux pour ce premier tour. Le match n'atteindra pas des sommets et c'est out naturellement que l'on atteint la fin du temps règlementaire sur le score de 0-0. C'st finalement Bordeaux au prix de son expérience qui s'imposera 1-0 grâce à un but de Legwynski, nouvelle recrue girondine. Pour l'ATAC, place au championnat et à la lutte au maintien

 

2000-2001

Pour ce match de lendemain de trêve, le tirage désigne Créteil, D2. Après une première mi-temps très bien maitrisé, l'ESTAC mène 2-0 grâce à Saifi et Goussé. Les joueurs ont su se mettre à l'abri d'une mauvaise surprise et c'est Goussé, peu après la pause, qui cloturera le score 9-0. Un bon match de reprise. Au tour suivant, l'ESTAC recevra une nouvelle équipe de D2, Nancy, candidat à l'accession. La première mi-temps ne donnant rien, c'est tout naturellement que les deux équipes rejoignent les vestiaires sur le score de 0-0. Il faudra finalement attendre le dernier quart d'heure de jeu pour voir les troyens faire la différence grâce à Boutal et Goussé. Pour le premier quart de finale de son histoire dans cette compétition, l'ESTAC a l'avantage de recevoir Nantes. Un avantage somme toute relatif quand on voit l'état du terrain. Dans un match fermé où les deux équipes se craignent, c'est finalement Nantes qui obtiendraun avantage décisif à la demi heure de jeu. Le score n'évoluera plus et c'est par la petite porte que les troyens quitte la compétition.

 

2001-2002

Au premier, l'ESTAC à la chance de recevoir le Paris Saint Germain. Au court d'un match ultra réaliste, le parisien s'impose largement 4-0 mais ne reflète pas du tout la physionomie du match. Sur cinq tir, le psg en cadre 4

 

2002-2003

Il y a des matches que l'on souhaite oublié le plus rapidement possible. A Marseille, les troyens offre une parodie de football et l'OM n'a aucun mal à infliger une correction à une équipe en totale déconfiture. Le score est lourd mais logique 5-1

 

2003-2004

Pour cette nouvelle édition et pour le premier tour, le tirage propose Caen. Lors de l'ouverture du championnat, les deux équipes c'étaient séparées sur le score de 2-2. Cette fois ci il faut un vainqueur. C'est finalement Estevez grâce à un doublé qui permet au club de poursuivre sa route. Au tour suivant, l'ESTAC a encore la chance de recevoir. Les hasard du calendrier font que cela sera Créteil, formation que le club accueillera de nouveau en championnat la semaine suivante. Le temps règlementaire ne donne absolument rien. Et contre toute attente ce sont les cristolliens qui ouvrent le score sur pénalty. Il faut beaucoup de courage et d'abnégation aux troyens pour revenir dans la partie grâce à Vairelles. On se dirige tout droit vers les tirs au but quand sur un dernier corner et un cafouillage dans la surface, Akrour donne un avantage décisif et par la même occasion la qualification. Du coté des dirigeants, on attend une belle affiche pour le tour suivant. Ce sera Auxerre. Mais le voisin auxerrois ne fait pas dans la dentelle et prend rapidement l'avantage pour éviter toute complication. Lors de cette confrontation, l'ESTAC ne donnera à aucun moment l'illusion d'une possible qualification. Finalement Auxerre s'impose sans trop de difficulté ( 3-0 )

 

2004-2005

Première émotions pour le nouveau stade de l'Aube. Pour ce premier tour, l'ESTAC reçoit une solide équipe d'Amiens. N'ayant pu se départager lors du temps réglementaire, on pense que le parcours va vite s'interrompre quand Amiens prend l'avantage lors des prolongations, mais un pénalty de Nivet dans les arrets de jeu emmene les deux équipes jusqu'au pénalty. Et l'ESTAC arrache sa qualification grace à un tres Grandel. Pour le tour suivant, les troyens ont le bonheur d'accueillir Strasbourg, équipe de Ligue 1. Grax entretient l'espoir quand il égalise en début de seconde mi-temps, mais les troyens ne pourront rien face au réalisme starsbourgeois.

 

2005-2006

Pour ce premier tour, l'ESTAC a hérité d'un tirage très difficile, Paris qui plus est au Parc. La tache s'annonce compliquée, d'autant plus que les troyens n'y sont pas et c'est tout logiquement qu'il quitte la compétition par la petite porte 4-1

 

2006-2007

Coupe de France Coupe de la Ligue, même combat. L'ESTAC n'arrive plus à franchir un tour. Malgré le relatif avantage de recevoir, l'ESTAC s'incline en fin de match face au Mans 2-1

 

2007-2008

Pour le 1er tour entre clubs de L2, l'ESTAC reçoit Gueugnon. Un match somme toute tranquille, avec une qualification aisée grâce à un doublé de Kébé. Pour le tour suivant, l'ESTAC a la chance de recevoir Nice, pensionnaire de l'élite. Le réalisme glacial des niçois est sans pitié pour une ESTAC qui n'aura pas déméritée mais doit quand même s'inclinée sur la plus petite des marges 1-0.

 

2008-2009

L'ESTAC à la chance de recevoir Angers pour le 1er tour. Alors que l'on se dirige vers les prolongations, capitaine Sanz délivre tout un stade dans les arrêts de jeu. Au tour suivant, l'ESTAC est éliminé sans combattre fa&ce à Metz.

 

2009-2010

Grâce à son statut de club pro, l'ESTAC est autorisée à participer à cette édition malgré sa relégation en National. Le 1er l'invite à Gueugnon, qui n'est pas au mieux sportivement et financièrement. L'ESTAC assure une qualification logique grâce à un doublé de Lafourcade. Au tour suivant, l'ESTAC reçoit Nantes, fraichement relégué en L2. Et l'ESTAC ne fait aucun cadeau et se qualifie tres facilement 4-0. Au tour suivant, l'ESTAC reçoit le Nimes Olympique. Les joueurs reviennent par 2 fois au score mais le club se fait éliminé cruellement lors de la séance de tirs aux buts ou fait rare aucun troyen ne transforme son tir. Dommage

 

2010-2011

Pour débuter la saison, l'ESTAC s'offre un derby face à Reims. Après l'égalisation troyenne, les 2 équipes ne peuvent se départager et une nouvelle fois, l'ESTAC s'incline lors de la séance des tirs aux buts

 

2011-2012

La qualification ne devait pas être une priorité pour le club face à Vannes, club de National. L'ESTAC se fait sanctionnée et se fait logiquement éliminer lors des prolongations.

 

2012-2013

Cette édition va permettre au club d'oublier les difficultés du championnat. Pour leur entrés en lice, le tirage au sort propose un derby, qui plus est à Reims. A force de courage et d'abnégation, les troyens obtiennent une qualification méritée 2-1. Au tour suivant, toujours à l'extérieur, l'ESTAC retrouve le rocher monégasque, rappel aux bons souvenir quelques mois plus tot. Et nos bleus décrochent un nouveau succès 2-1. Décidemment le tirage ne sourit pas aux troyens qui envoit une nouvelle fois nos favoris à l'extérieur, cette fois ci à Rennes. L'occasion pour le coach de lancé notre dernière pepite sortie du centre, le jeune Corentin Jean. Son but qui permet l'égalisation est prometteur mais malheureusement insuffisant, puisque les troyens s'inclinent en fin de match 2-1. Cela sera en gros le résumé de la saison.

 

2013-2014

Superbe édition pour le club. De retour en ligue 2, l'ESTAC entre en compétition des le mois d'aout. Qui se conclura par 2 qualifications au Gazelec 2-2 ( 5-3tab ) et à Nimes 2-1. Au tour suivant et pour la 7ème fois consécutive, le tirage impose un déplacement, qui plus est chez une ligue 1, Valenciennes. Heureusement les nordistes ne sont pas au mieux et les troyens décrochent une probante victoire 3-1 chez un futur relégué. Juste avant les fetes, l'ESTAC peut enfin évoluer à domicile et c'est au bout du temps additionnel que la victoire se décine 3-2 face à Tours, rude concurrent en championnat. Au retour de la treve, le tirage propose cette fois-ci Evian, pensionnaire de ligue 1, et toujours à domicile. Sans aucune retenu, les troyens s'imposent logiquement 3-1 face aux savoyards. Pour la 1ère fois de son histoire, le club va disputé une1/2 finale de coupe de la Ligue. Mais une nouvelle fois le tirage est cruel, il propose certe le grand Lyon mais ches les rhodaniens, au grand dam des supporters. Ce sont quand meme pres de 500 troyens qui se deplacent en milieu de semaine pour soutenir nos couleurs. Est-ce le trac qui inhibe nos joueurs, quoiqu'il en soit, les troyens se retrouvent mené rapidement 2-0. Une fois le stress laissé aux vestiaires, les joueurs se lachent et au moment d'un temps fort, c'est Thiago qui redonne espoir à tout un peuple. Dès lors les troyens repondent coup pour coup, l'entrée de Gope à l'heure de jeu augure d'une fin de match débridé, et avec un peu plus de lucidé, le néo calédonien aurait pu offrir les prolongations. Ils n'en sera rien, le score ne bougera plus et pour la 2ème saison d'affilée, le club voit les portes du stade de France se refermer juste devant lui. Cela reste quand même une belle aventure pour cette édition.

 

2014-2015

Edition sans saveur pour le club, qui apres avoir obtenu une qualification logique 3-1, une nouvelle fois à Valenciennes, se voit se faire éliminer de manière très sèche face au relégué Ajaccio 4-1, qui plus est à domicile. Vivement l'année prochaine.

Sommaire / Coupe de France / Coupe de la Ligue / Coupe d'Europe