Saison 1991 - 1992

Division 3 - Gr. est

-Pour cette nouvelle saison en Division 3 , l’ATAC change de groupe. Exit le groupe centre, l’ATAC évoluera désormais dans le groupe Est et sur le papier, ce groupe semble plus abordable. Il y a toujours la présence de réserves professionnelles comme NANCY, STRASBOURG, MULHOUSE, METZ, SOCHAUX ainsi que trois clubs de la région : l’ATAC bien sur mais aussi REIMS et CHARLEVILLE, dont l’accession en Division 2 reste l’objectif majeur. Que de belles affiches en perspectives pour cette saison. Après avoir gagné le droit d’évoluer en Division 3, le président Michel SANTIER avait déclaré que l’objectif de l’ATAC était de jouer l’accession dans les trois saisons qui suivraient. Mais le formidable parcourt de la saison précédente peut nous amener à penser que la montée pourrait se jouer une saison plus tôt. Pour l’entraîneur Jean Louis COUSTILLET, la question ne se pose pas : l’ATAC doit d’abord confirmer avant d’afficher ses prétentions. Pour relever ce challenge, il fait confiance au groupe de l’année dernière et a renforcé son secteur offensif : on note les arrivées de Vincent DEWYNTER et du jeune international zaïrois Tchang N’GOMBE. Malgré le renfort de quelques joueurs du cru comme GRENIER ou autre MARCHAND on remarque que l’effectif est relativement restreint et notamment l’ATAC perd un élément de valeur qu’est Jean Christophe SIMONIN qui a décidé de quitter le club après cinq ans de bons et loyaux services.

-Le début de saison s’annonce difficile avec le match d’ouverture à domicile face à METZ qui se clôturera finalement par une formidable démonstration des Troyens face à de futures pensionnaires de Division 1 ( LANG, PIRES entre autre ) 3-0. Pour son premier déplacement de la saison, l’ATAC se rend à REIMS pour un derby de tous les dangers. Encore une fois nos joueurs surprennent et l’emporte 1-0. Pour clôturer ce difficile calendrier, l’ATAC reçoit le RACING 92. Les Troyens croient tenir la victoire mais les parisiens réussissent à égaliser dans les arrêts de jeu ( 1-1 ). Quoi qu’il en soit l’ATAC possède sept points et n’est seulement devancée que par CHARLEVIILE qui a remporté ses trois matches. Mais deux défaites successives à Yutz, 1-0, et face à NANCY, 3-2, ralentissent la marche en avant du club. Mais les joueurs réagissent fort et c’est invaincu que l’ATAC finira l’année et figure en bonne place derrière le leader invincible CHARLEVILLE à seulement quatre points. On se dirige tout droit vers un duel entre ses deux formations; la première manche, le 26 Octobre au Stade de l’Aube, n’avait pu les départager ( 1-1 ). Néanmoins on n’avait pu noter une plus grande maîtrise du coté Carolo par rapport aux Troyens. On se dit alors que l’ATAC à un bon coup à jouer.

-Malheureusement, comme cela est souvent trop souvent le cas pour le club, la deuxième partie du championnat ne confirme que trop rarement les espoirs fondés lors des matches aller. Une succession de mauvais résultats ( alors que l’ATAC ne comptait que deux défaites à la trêve, elle en comptera neuf à la fin de saison ) empêcheront l’ATAC de suivre la cadence infernale d’un leader Carolo déchaîné ( une seule défaite lors de la saison ). L’ATAC terminera finalement troisième dans ce groupe mais surtout deuxième club amateur pour la deuxième saison consécutive, l’ATAC confirme mais également s’affirme pour le futur comme un candidat potentiel à l’accession.

-On remarquera que le parcourt des Carolos aura quelque peu dégoûté les Troyens. Visiblement, CHARLEVILLE était mieux armé pour pouvoir prétendre à l’accession ( qui était tout de même leur objectif en début de saison ). Mais on notera également le manque d’effectif du coté Troyens et notamment le peu de renfort à l’intersaison avec seulement deux renforts, certes de valeur, mais insuffisant. Avec ce bon classement, Zoran DELIBASIC finit même meilleur buteur du groupe avec dix-sept réalisations qui le place également cinquième tout groupe confondu. Ce que craignait l’entraîneur en début de saison était que l’ATAC ne puisse confirmer sa saison précédente. Finalement elle aura tenu son rang d’outsider seul une excellente équipe carolomacérienne venant contre carré les plans troyens. L’ambition de rejoindre la Division 2 est de plus en plus d’actualité et le plan de construction envisagé par le président est à jour. A n’en pas douter, la prochaine saison sera celle où L’ATAC ne devra plus confirmer mais s’affirmer comme un prétendant à l’accession. Néanmoins on sent comme la fin d’un cycle, notamment avec le retrait de Jean Louis COUSTILLET au poste d’entraîneur et le départ de nombreux joueurs clés ( MONTAVIT, MIEDICO, LINGER, N’GOMBE, DEWYNTER, HITOTO ). Espérons que cela ne ralentira pas le club dans sa longue marche en avant.

Sommaire

1986-1987 / 1987-1988 / 1988-1989 / 1989-1990 / 1990-1991 / 1991-1992 / 1992-1993 / 1993-1994 / 1994-1995 / 1995-1996 / 1996-1997 / 1997-1998 / 1998-1999 / 1999-2000 / 2000-2001 / 2001-2002 / 2002-2003 / 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006 / 2006-2007 / 2007-2008 / 2008-2009 / 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012 / 2012-2013 / 2013-2014 / 2014-2015 / 2015-2016 / 2016-2017

Dewynter face à Reims et N'Gombé face à Charleville
   
pts
j
g
n
p
bp
bc
01 CHARLEVILLE
49
30
20
9
1
45
11
+34
02 NANCY
40
30
16
8
6
51
23
+29
03 TROYES
36
30
15
6
9
45
25
+20
04 THIONVILLE
35
30
12
11
7
36
30
+6
05 RACING 92
34
30
14
6
10
39
28
+11
06 REIMS
34
30
13
8
8
29
26
+3
07 AUBERVILLIERS
31
30
10
11
9
36
32
+4
08 YUTZ
30
30
9
12
9
30
32
-2
09 BESANCON
29
30
10
9
11
35
32
+3
10 MULHOUSE
29
30
11
7
12
33
32
+1
11 STRABOURG
27
30
11
5
13
51
35
+16
12 SOCHAUX
27
30
12
3
15
43
47
-4
13 METZ
26
30
10
6
14
37
46
-9
14 BEAUME ISLE
24
30
9
7
14
26
45
-19
15 SAINT DIE
14
30
6
2
22
27
67
-40
16 VILLECRESNES
14
30
4
4
22
19
71
-52