Saison 2000 - 2001

Première Division

-En général, à l'aube d'une nouvelle saison, on parle des nouveaux joueurs, des départs. Certes il y tout cela à Troyes mais le fait marquant de cette intersaison est le changement de nom du club. Suit à un litige avec une chaine de magasin alimentaire, le tribunal de commerce ordonne au club de changer d'appellation. Adieu l'ATAC et bonjour à l'ESTAC : Espérance Sportice Troyes Aube Champagne. Et de l'espoir, du coté du public, il y en a. Le coach a su conserver ses joueurs clés( excepté Lang ) et associé de nouveau joueur dont Rothen, Celestini, Goussé, Meniri, Tourenne. Bien entendu le mot d'ordre pour cette saison est le maintien. Une nouvelle fois, le calendrier n'a pas été tendre avec le club.

-La saison démarre au vélodrome face à l'OM. Début peu réjouissant, puisqu'à la défaite 3-1, il faut ajouter l'expulsion de Meniri. Suite à 2 résultats nuls, bon à Bordeaux, moyen face à Toulouse, le coach est dans l'expectative et il attend une réaction de ses joueurs face au voisin auxerrois. Son appel aura été entendu avec une victoire 1-0. Suivra ensuite une défaite à Lyon concédé dans le temps additionnel. Mais arrétons nous sur le match face au PSG. Un match fou. L'ESTAC a le bonheur d'ouvrir le score dès la 2eme minute grâce à Djukic. Mais à la pause, ce sont les parisiens qui mènent 2-1. Ce sera la dernière fois. Il va alors s'ensuivre 30 minutes de pure folie au cours duquel les troyens vont retourner la situation pour finalement l'emporte 5-3. En un seul match, Paris a encaisser autant de buts que depuis le début du championnat. Sur sa lancée, l'ESTAC s'imposera à Lille 2-1 accédant ainsi à la 4eme place au classement, du jamais vu. Toutefois, les résultats sont trop irrégulier, les troyens enchainants bonne prestation et contre performance, notamment cette série de 4 défaites consécutives reléguant le club à la 11eme place avec seulement 3 points d'avance sur le premier relégable. Une nouvelle fois le coach attend une réaction. Elle intervient face à Bordeaux ( 1-0 ), puis l'équipe décroche un nul à Auxerre ( 2-2 ) avant de s'imposer une nouvelle fois à domicile face à Lyon ( 1-0 ). Une série précieuse qui permet au club de basculer à la 9eme place juste avant la trêve avec 8 points d'avance sur le premier relégable.

-Néanmoins il ne faut pas oublier la reprise catastrophique juste après la trêve de l'an dernier. Le public ne s'enflamme pas. Le coach encore moins. Et pour une fois, les troyens redémarre l'année comme ils l'avaient fini, enchainant les bons résultats au point de ne concéder qu'une seule défaite ( à Sedan 2-1 ) en 10 matches. L'équipe vient d'entamer une spectaculaire remontée à tel point que le club ne se bat plus pour le maintien mais bel et bien pour une place en coupe d'Europe. L'équipe se situe alors dans le ventre mou du championnat en compagnie de Rennes et Auxerre mais devant des clubs tels que Paris, Monaco, Marseille ou Lens aux budgets nettement plus important. Il ne reste alors que 5 journées et le maintien est déjà assuré. Malheureusement, l'équipe a tourné à plein régime pendant 4 mois et les organismes commencent à souffrir. Si le club veut s'offrir sa première qualification européenne, cela passera par la coupe Intertoto. Voilà maintenant l'objectif avoué du club. Il sera atteint mais dans la douleur, l'équipe terminant le championnat sur trois nuls et deux défaites. C'est une nouvelle fois lors de la dernière journée que l'avenir du club va se décider, lors de l'affrontement face à l'OM.

-Comme l'an dernier face à Paris, les deux équipes ont besoin d'un nul pour assurer leurs objectifs. Mais il est bien question de maintien pour l'OM et d'Europe pour l'ESTAC. Les rôles sont inversés, qui l'eu cru. Et comme l'an dernier, tout sera joué à la mi-temps. Camara répondant à l'ouverture du score de Goussé. En deuxième mi-temps les deux équipes se contentent de gérer le résultat, ce qui a le don d'agacer quelque peu le public face à ce non match. Qu'importe, l'essentiel est ailleurs. L'ESTAC grandi, obtenant ainsi le meilleur classement de tous les temps parmi l'élite pour le football troyen. Une 7eme place inespérée en début de saison qui va permettre au club de disputer la coupe Intertoto. Certe ce n'est pas la plus réputée des comptétions européennes mais au moins elle récompense le travail de tout un groupe où des joueurs comme Rothen, Celestini, Meniri ont su s'imposer. L'Italo-suisse reléguant même Arpinon sur le banc de touche et en lui prenant le brassard de capitaine.

Sommaire

1986-1987 / 1987-1988 / 1988-1989 / 1989-1990 / 1990-1991 / 1991-1992 / 1992-1993 / 1993-1994 / 1994-1995 / 1995-1996 / 1996-1997 / 1997-1998 / 1998-1999 / 1999-2000 / 2000-2001 / 2001-2002 / 2002-2003 / 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006 / 2006-2007 / 2007-2008 / 2008-2009 / 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012 / 2012-2013 / 2013-2014 / 2014-2015 / 2015-2016 / 2016-2017

   
pts
j
g
n
p
bp
bc
dif
01 NANTES
68
34
21
5
8
58
36
+22
02 LYON
64
34
17
13
4
57
30
+27
03 LILLE
59
34
16
11
7
43
27
+16
04 BORDEAUX
57
34
15
12
7
48
33
+15
05 SEDAN
52
34
14
10
10
47
40
+7
06 RENNES
48
34
14
6
14
46
39
+7
07 TROYES
46
34
11
13
10
45
47
-2
08 BASTIA
45
34
13
6
15
45
41
+4
09 PARIS
44
34
12
8
14
44
45
-1
10 GUINGAMP
44
34
11
11
12
40
48
-8
11 MONACO
43
34
12
7
15
53
50
+3
12 METZ
43
34
11
10
13
37
44
-7
13 AUXERRE
41
34
11
8
15
31
41
-10
14 LENS
40
34
9
13
12
37
39
-2
15 MARSEILLE
40
34
11
7
16
31
40
-9
16 TOULOUSE
34
34
8
10
16
34
50
-16
17 SAINT ETIENNE
30
34
9
10
15
43
56
-13
18 STRASBOURG
29
34
7
8
19
28
61
-33
Celestini face à Bordeaux et Saïfi face à Strasbourg