Saison 1992 - 1993

Division 3 - Gr. est

-Cette saison marque un tournant dans le football français. En vue d’une élite plus restreinte, la ligue engage une réforme des divisions inférieures. La Deuxième Division sera à poule unique ( avec 22 clubs ), la création de championnats nationaux à plusieurs divisions. Tout d’abord la Nationale 1 ( avec deux poules de 18 clubs ), ensuite la Nationale 2 ( quatre groupes de 18 clubs ), puis de la Nationale 3 ( composée de huit groupes ). Ainsi pour la Division 3, parmi les six leaders de chaque groupe, seul deux clubs monteront en Division 2, les quatre autres joueront en Nationale 1. Les trois clubs amateurs suivants rejoindront la Nationale 1, les trois derniers de chaque groupe la Nationale 3 et les autres équipes évolueront en Nationale 2. Pour l’ATAC l’ambition est de terminer dans les quatre premiers du groupe pour accéder ainsi au nouveau championnat, la Nationale 1. Et à l’image de la Ligue, l’ATAC effectue un profond changement dans le groupe fanion. Tout d’abord elle change d’entraîneur, Jean Louis COUSTILLET rejoignant l’encadrement administratif du club. Il est fait appel à Patrick AUSSEMS, qui officiera en tant qu’entraîneur- joueur. Du côté de l’effectif, ce ne sont pas moins de sept joueurs qui rejoignent le club : Olivier TINGRY, gardien de but remplaçant, Armondo ALONZI, Fabrice HARVEY et Alain GAUTHIER en défense, Jérome MONIER et Dominique PATERNOGA au poste de milieu de terrain et George MOUYEME en attaque. Ces joueurs viennent palier les départs de nombreux titulaires de la saison passée ( MONTAVIT, DEWYNTER, N'GOMBE entre autres ). Pour cette nouvelle saison, l’ATAC reste dans le même groupe, le groupe Est.

-Pour la première journée, l’ATAC effectue un périlleux déplacement chez la réserve professionnelle de STRASBOURG. Avec un effectif renouvelé à plus de cinquante pour cent, on se dit que la tâche s’annonce ardue, et finalement les Troyens reviendront de ce déplacement avec une probante victoire 2-0 grâce à un doublé de la recrue Dominique PATERNOGA. La saison ne pouvait pas mieux commencer et le premier match au Stade de l’Aube s’annonce passionnant avec la venue de l’autre réserve professionnelle alsacienne, MULHOUSE. Malheureusement, l’ATAC se fait piéger par la fougue d’une jeune équipe mulhousienne. Après six journées, les résultats sont mitigés mais c’est surtout le football pratiqué par les joueurs d’AUSSEMS qui inquiète. Néanmoins, l’ATAC est bien calée derrière les équipes de tête à la cinquième place et occupe une position d’attente par rapport au leader ( trois point de retard ). Mais lors de son quatrième déplacement, l’ATAC se rend à METZ, autre réserve professionnelle, ennemi juré de la saison dernière ( le match de fin de saison entre les deux équipes s’étant déroulé dans des conditions houleuses ). Un ennemi qui ne se prive pas de laminer un adversaire faible dans tous les compartiments du jeu. L’ATAC enregistre ainsi la plus lourde défaite de son histoire : 5-1. Bizarrement, la victoire face à HAGUENAU ( 1-0 ) n’arrange rien, les Troyens essuyants revers sur revers, occupant même la quatorzième place du classement. La défaite 3-2 à domicile face à NANCY lors de la dixième journée sonnera le glas pour AUSSEMS. Dans la semaine qui suit, la nouvelle tombe : AUSSEMS est démis de ses fonctions mais conserve sa place comme joueurs. Et c’est finalement Pierre FLAMION qui le remplace. Pour la deuxième fois de son histoire, l’ATAC limoge son entraîneur en plein exercice et fait une nouvelle fois appel à Pierre FLAMION. Il occupe donc son poste pour la première fois lors du déplacement à BESANCON le 31 Octobre et le moins que l’on puisse dire est que le choc psychologique souhaité ne se réalise pas. Lors de sa prise de fonction, l’ATAC occupait le treizième rang. A la fin de l’année, elle occupe le douzième rang et n’a gagné que trois points lors des cinq journées sous ses ordres tout en ayant enregistré l’arrivée d’un joker : Jean Philippe FAURE au poste de milieu de terrain. La trêve ramènera peut-être un peu d’ordre dans la maison.

-Et le premier changement intervenant lors de la trêve est surprenant : en effet Michel SANTIER présente sa démission et c’est Angel MASONI qui le remplace à la présidence. En début de saison, l’ATAC ambitionnait de rejoindre le championnat de Nationale 1, pour l’instant elle se bat pour ne pas descendre en Nationale 3. Pour le nouveau président, il est clair que l’ATAC ne doit pas tomber si bas et au pire elle doit se retrouver en Nationale 2. La mission sauvetage redémarre le 16 Janvier à domicile avec la venue de VIRY - CHATILLON. Et l’ATAC n’a aucune pitié et écrase VIRY 6-0. Comme disent souvent les entraîneurs, avant d’être ambitieux il faut savoir rester maître chez soi. Là le message est très clair. A domicile, l’ATAC fait des ravages infligeant correction sur correction à ses hôtes d’un soir. Malheureusement, les résultats à l’extérieur ne permettent pas à l’ATAC de refaire son retard, assez conséquent, sur les équipes du premier quart du classement. Néanmoins, l’ATAC finira invaincu lors des six dernières journées et terminera finalement sixième à seulement deux points du barragiste pour l’accession à la Nationale 1. De quoi avoir quelques regrets.

-Contrairement aux saisons précédentes, l’ATAC aura débuté la première partie du championnat de la façon la plus calamiteuse qu’il soit, occupant une peu honorable quatorzième place. En revanche, après la trêve, l’ATAC a retrouvé un jeu qui faisait autrefois sa force : circulation de balle parfaite, de fortes individualités en attaque qui savent faire la différence. Quoi qu’il en soit, cette saison restera celle des regrets à la vue des résultats des matches retour, qui aurait pu amener une issue plus heureuse. L’ATAC a manqué son objectif et se retrouve finalement parachuté dans le futur championnat de la Nationale 2, l’équivalant de l’ancienne Division 4 et donc que l’ATAC, sportivement et hiérarchiquement, régresse. Malgré ce ralentissement, espérons que l’ATAC saura repartir de l’avant et notamment de reconquérir un public si durement fidélisé. Dans sa lutte à l’accession au professionnalisme, il se présente devant elle une nouvelle mission.

Sommaire

1986-1987 / 1987-1988 / 1988-1989 / 1989-1990 / 1990-1991 / 1991-1992 / 1992-1993 / 1993-1994 / 1994-1995 / 1995-1996 / 1996-1997 / 1997-1998 / 1998-1999 / 1999-2000 / 2000-2001 / 2001-2002 / 2002-2003 / 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006 / 2006-2007 / 2007-2008 / 2008-2009 / 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012 / 2012-2013 / 2013-2014 / 2014-2015 / 2015-2016 / 2016-2017

   
pts
j
g
n
p
bp
bc
01 AUBERVILLIERS
42
30
15
12
3
36
15
+21
02 NOISY LE SEC
40
30
15
10
5
42
27
+15
03 DIJON
36
30
11
14
5
42
27
+15
04 BESANCON
34
30
14
6
10
46
39
+7
05 NANCY
32
30
13
6
11
64
44
+20
06 TROYES
32
30
14
4
12
49
37
+12
07 YUTZ
31
30
8
15
7
3
38
-3
08 RACING 92
30
30
9
12
9
35
30
+5
09 HAGUENAU
30
30
9
12
9
36
37
-1
10 VIRY CHAILLON
30
30
10
10
10
35
39
-4
11 METZ
28
30
10
8
12
40
43
-3
12 SOCHAUX
27
30
9
9
12
34
42
-8
13 THIONVILLE
26
30
7
12
11
27
34
-7
14 MULHOUSE
24
30
7
10
13
30
42
-12
15 STRASBOURG
21
30
6
9
15
39
53
-14
16 BEAUM ISLE
17
30
3
11
16
17
60
-43
Gauthier face à Mulhouse et Delibasic face à Metz