Saison 2008 - 2009

Ligue 2

Sommaire

1986-1987 / 1987-1988 / 1988-1989 / 1989-1990 / 1990-1991 / 1991-1992 / 1992-1993 / 1993-1994 / 1994-1995 / 1995-1996 / 1996-1997 / 1997-1998 / 1998-1999 / 1999-2000 / 2000-2001 / 2001-2002 / 2002-2003 / 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006 / 2006-2007 / 2007-2008 / 2008-2009 / 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012 / 2012-2013 / 2013-2014 / 2014-2015 / 2015-2016 / 2016-2017

   
pts
j
g
n
p
bp
bc
dif
01 LENS
68
38
20
8
10
47
35
+12
02 MONTPELLIER
66
38
19
9
10
61
36
+25
03 BOULOGNE
66
38
20
6
12
51
36
+15
04 STRASBOURG
65
38
18
11
9
57
45
+12
05 METZ
63
38
17
12
9
48
35
+13
06 TOURS
61
38
17
10
11
50
41
+9
07 ANGERS
53
38
13
14
11
46
42
+4
08 DIJON
52
38
14
10
14
43
46
-3
09 SEDAN
51
38
13
12
13
46
49
-3
10 VANNES
51
38
14
9
15
34
45
-11
11 BASTIA
48
38
13
9
16
38
47
-9
12 CLERMONT
47
38
12
11
15
46
50
-4
13 GUINGAMP
46
38
10
16
12
37
35
+2
14 BREST
45
38
13
6
19
45
50
-5
15 CHATEAUROUX
44
38
11
11
16
40
46
-6
16 AJACCIO
44
38
11
11
16
44
56
-12
17 NIMES
44
38
11
11
16
32
46
-14
18 AMIENS
43
38
9
16
13
35
40
-5
19 TROYES
38
38
9
11
18
39
48
-9
20 REIMS
36
38
7
15
16
40
51
-11

Une saison a oublié. Après la fin de saison calamiteuse, on pensait que le changement d'entraineur apporterait une nouvel à ce groupe sans aucune fierté. Arrive donc Ludovic Batelli ainsi que Fiorese, Buengo, Lesoimier et Bouzid pour repartir sur de nouvelles bases. Lors du stage d'avant saison, tout le monde semble avoir le sourire, le coach pense etre sur la bonne voie. Simple reve.

Dès le 1er match face à Bastia, on ne constate aucun changement, pas d'envie, d'enthousiasme et on repart sur les memes bases, avec une défaite. Pendant la 1ère partie de la saison, le groupe alterne avec le moyen et le très moyen voir le ridicule. La reception de Nimes en est le parfait exemple. Un club qui n'a pas encore gagné un match vient s'imposer logiquement au stade de l'Aube. L'ESTAC ne maitrise rien, gagne sur des coup du sort ou bien alors parce que l'adversaire est fatigué ou dans une mauvaise passe. Pour l'ESTAC la mauvaise passe dure depuis maintenant 8 mois. Le pire c'est qu'au soir de la treve apres une belle victoire sur Metz, le podium est proche mais le 1er relégable aussi. C'est un championnat très serré et en fin de compte tout le monde a un coup à jouer. Malheur à celui qui connaitra une mauvaise série.

Evidemment c'est l'ESTAC qui va en subir les conséquences. Elle enchaine les non matches, les prestations indignent d'un club professionnel. Et comme toujours personnes ne réagit. C'est la discorde au sein d'un club qui coule en silence. Car bien entendu que ce soit pour le président ( totalement muet ) et certains groupes de supporters tout va bien. Pourtant le coach ne cesse de stigmatiser le manque de professionnalisme de certains joueurs. N'ayant aucun moyen de rechange, il fait avec. Dans un premier temps, début mars, le président lui octroie l'aide d'un directeur sportif, Rablat, qui officiera pendant 15 jours avant de partir en vacances !!! Le clou du spectacle intervient lors de la reception de Montpellier. Ce match est le résumé de ce qui se trame dans les coulisses depuis un an. Les joueurs lache le match, le coach, les supporters et donc le club. Au lendemain de se désastre, Batelli est remercié, remplacé par Claude Robin, habitué à travailler à la formation. Il reste 5 journée pour sauvé le club, c'est certainement trop tard mais il faut y croire. On ressent un léger mieux et la victoire face à Dijon met un terme à une série de 12 matches sans victoires. Un léger mieux mais l'ESTAC n'est plus maitre de son destin. Et finalement ce qui doit arriver arriva, une nouvelle défaite à domicile, face à Sedan qui plus est, sonne la fin des espoirs de maintien. Car connaissant la mentalité de ce groupe, le dernier match à Bastia s'annonce comme la mise en bière du club. Fidèle à leur réputation, le manque d'orgueil, de fierté de ce groupe pourri de l'intérieur s'incline une dernière fois en corse.

L'ESTAC quitte le monde pro pour au moins un an. Des décisions et des changement sont attendus par tous les supporters.

Effectif de la saison - le film de la saison - le tricasse d'or