Saison 2015 - 2016

Ligue 1

Sommaire

1986-1987 / 1987-1988 / 1988-1989 / 1989-1990 / 1990-1991 / 1991-1992 / 1992-1993 / 1993-1994 / 1994-1995 / 1995-1996 / 1996-1997 / 1997-1998 / 1998-1999 / 1999-2000 / 2000-2001 / 2001-2002 / 2002-2003 / 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006 / 2006-2007 / 2007-2008 / 2008-2009 / 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012 / 2012-2013 / 2013-2014 / 2014-2015 / 2015-2016 / 2016-2017

   
pts
j
g
n
p
bp
bc
dif
01
PARIS
96
38
30
6
2
102
19
+83
02
LYON
65
38
19
8
11
67
43
+24
03
MONACO
65
38
17
14
7
57
50
+7
04
NICE
63
38
18
9
11
58
41
+17
05
LILLE
60
38
15
15
8
39
27
+12
06
SAINT ETIENNE
58
38
17
7
14
42
37
+5
07
CAEN
54
38
16
6
16
39
52
-13
08
RENNES
52
38
13
13
12
52
54
-2
09
ANGERS
50
38
13
11
14
40
38
+2
10
BASTIA
50
38
14
8
16
36
42
-6
11
BORDEAUX
50
38
12
14
12
50
57
-7
12
MONTPELLIER
49
38
14
7
17
49
47
+2
13
MARSEILLE
48
38
10
18
10
48
42
+6
14
NANTES
48
38
12
12
14
33
44
-11
15
LORIENT
46
38
11
13
14
47
58
-11
16
GUINGAMP
44
38
11
11
16
47
56
-9
17
TOULOUSE
40
38
9
13
16
45
55
-10
18
REIMS
39
38
10
9
19
44
57
-13
19
GAZELEC
37
38
8
13
17
37
58
-21
20
ESTAC
18
38
3
9
26
28
83
-55

-La saison fut extraordinaire à tous points de vue, et c'est avec certaines certitudes que l'ESTAc se lance dans son opération maintien. Néanmoins énorme surprise mi juin quand la DNCG refuse l'accession pour un problème de trésorerie. Dans la précipitaion, le club doit vendre Corentin Jean à Monaco ( qui le prête aussitot à l'ESTAC ), mais plus surprenant, le club doit vendre un autre joueur pour valider définitivement son accession. Ce joueur sera Lionel Carole, cadre de la défense troyenne. Finalement la DNCG, après ces opération, valide le billet d'accession seulement mi juillet. Comme on le sait une préparation tronquée est souvent annonciatrice d'une saison compliquée.

-Quoi qu'il en soit, le club a pris énormement de retard dans le recrutement. Pour l'instant seule Jessy Pi, de nouveau prété, et Lossemy Karaboué sont arrivés. Cela fait très léger, aucun attaquant, aucun défenseur. Le championnat débute par la réception du Gazelec, autre promu. Histoire de rentrer en douceur dans ce championnat, résultat un nul 0-0 sans saveur. Le match suivant se concluera également par un nul 3-3 face à Nice mais l'histoire de ce match indique que cette équipe va se battre jusqu'au bout pour son opération maintien. En fait il précède un match qui résumera la saiosn troyenne : un véritable calvaire. Le premier déplacement se fera à Marseille, avec un résultat sans appel 6-0 pour les provencaux. L'arrivée de Caen met fin à un an d'invincibilité à la maison, et se n'est pas finit. Avec les arrivées tardives de Perea, Veskovac, Ngcongca et Dabo, l'équipe a pris un retard énorme dans la cohésion de groupe si bien que les défaites s'enchainent et l'écart avec le premier relégable grandit à vitesse grand V. Et l'ESTAC va battre record sur record. Aucune victoire à signaler à la fin des matches aller, du jamais vu. Au soir d'une défaite honteuse 3-0 face à Toulouse, le coach Furlan est débarqué. Momo Bradja assure l'intérim un match avec que Claude Robin ne prenne les rennes. En fait il faudra attendre un déplacement à Lille lors de la 22ème journée pour connaitre le gout de la victoire. Incroyable. Et lors de la fin du mercato hivernal la question va se poser de savoir si il y a un pilote dans l'avion. Coup sur coup le club vend ses meilleurs satisfactions. Après Jonathan Martins Pereira, c'est au tour de Jimmy Cabot et Paul Bernardoni de quitter le club, puis aussi Thomas Ayasse dans l'indifférence la plus totale. Le président répète à qui veut l'entendre q'il n'a pas besoin de vendre. Heureusement. Le flou le plus total intervient au soir d'une correction 4-0à Guingamp. Le coach est virée illico presto et donc Momo Bradja revient aux affaires. Incroyable. Et tout ceci sans aucun résultat notable sur le terrain.

-Après une raclée mémorable 9-0 face à Paris à domicile, c'est finalament une défaite 1-0 face à Angers au soir de la 32ème journée qui officialise la descente, qui elle était dans toute les têtes depuis noël. Il faudra néanmoins attendre la venue de l'ennemi Reims pour voir enfin l'ESTAC triomphé à domicile, soit une attente de 16 matches. Les marnais auront beau chambré notre club, ils feront parti des clubs relégués. Bien maigre consolation. Après être monté bien haut la saison dernière, le retour sur terre est cruelle, pourvu qu'il ne soit pas dévastateur.

Effectif de la saison - le film de la saison - le tricasse d'or