Saison 2017 - 2018

Ligue 1

Sommaire

1986-1987 / 1987-1988 / 1988-1989 / 1989-1990 / 1990-1991 / 1991-1992 / 1992-1993 / 1993-1994 / 1994-1995 / 1995-1996 / 1996-1997 / 1997-1998 / 1998-1999 / 1999-2000 / 2000-2001 / 2001-2002 / 2002-2003 / 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006 / 2006-2007 / 2007-2008 / 2008-2009 / 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012 / 2012-2013 / 2013-2014 / 2014-2015 /2015-2016 / 2016-2017 / 2017-2018

   
pts
j
g
n
p
bp
bc
dif
01
PARIS
93
38
29
6
3
108
29
+79
02
MONACO
80
38
24
8
6
85
45
+40
03
LYON
78
38
23
9
6
87
43
+44
04
MARSEILLE
77
38
22
11
5
80
47
+33
05
RENNES
58
38
16
10
12
50
44
+6
06
BORDEAUX
55
38
16
7
15
53
48
+5
07
SAINT ETIENNE
55
38
15
10
13
47
50
-3
08
NICE
54
38
15
9
14
53
52
+1
09
NANTES
52
38
14
10
14
36
41
-5
10
MONTPELLIER
51
38
11
18
9
36
33
+3
11
DIJON
48
38
13
9
16
55
73
-18
12
GUINGAMP
47
38
12
11
15
48
59
-11
13
AMIENS
45
38
12
9
17
37
42
-5
14
ANGERS
41
38
9
14
15
42
52
-10
15
STRASBOURG
38
38
9
11
18
44
67
-23
16
CAEN
38
38
11
8
20
27
52
-25
17
LILLE
38
38
10
8
20
41
67
-26
18
TOULOUSE
37
38
9
10
19
38
54
-16
19
ESTAC
33
38
9
6
23
32
59
-27
20
METZ
26
38
6
8
24
34
76
-42

Et revoilà l'ESTAC dans l'élite. Après des barrages dantesque face à Lorient, l'ESTAC va de nouveau se mesurer à ce qui se fait de mieux en France. Et cette fois -ci pas besoin d'attendre une décision de la DNCG. Tout semble au point au moment de la reprise fin juin

Pour pouvoir rivaliser, le club se concentre déjà à renforcer la défense. Bienvenue donc à Deplagne, de Montpellier, mais surtout à l'expérimenté Vizcarrondo, pilier de la sélection du Vénézuela. Dans l'entrejeu, Bellugou renforce le secteur défensif et Khaoui, en prêt, et Pelé apporteront la folie pour le secteur offensif. Le coréen Suk, en prêt aussi, quand à lui est le seul renfort offensif pour épauler Niane. Pour le reste il est fait confiance au groupe qui a obtenu de haute la promotion.

Bien entendu, tout le monde au club repense au désastre de la saison 2015-2016. Mais les premiers matches confortent toutes les composantes que cette fois-ci sera la bonne. Un bon match d'ouverture face à Rennes, un exploit à Nice, l'opération est en marche. Cependant il faudra attendre un déplacement à Metz pour regouter au joie de la victoire avant de terrasser les Verts à 10 contre 11. Cette équipe à du coeur. Lyon viendra quelque peu doucher l'optimisme troyen, mais cela n'est pas le même combat. A domicile, l'ESTACc se montre intraitable face à ses concurrents directs, Angers, Strasbourg, Amiens peuvent en témoigner. Une très belle prestation au Parc face aux stars parisiennes permettent au club de se positionner dans le ventre mou du classement. Le problème est le comportement à l'extérieur, les joueurs ont facilement tendances à baisser les bras trop rapidement. A la trêve l'ESTAC est 14ème avec 3 pts d'avance sur le premier relégable.

Mais la crainte pour le club, depuis toujours, est la phase retour. Pour éviter de mauvaise surprise, l'ESTAC se fait préter le niçois Walter, mais rien en attaque. Malheureusement l'histoire se répéte. Un mois de janvier compliqué, celui de février anesthésiant si bien que peut à peu le club glisse au classement. L'objectif maintenant est de se battre pour conserver la place de barragiste face à Lille et Toulouse. Mais la réaction tarde à venir, le coach indique que pour l'instant tout va bien, le président lui est absent. Comme toujours on se concentre sur l'arbitrage plutôt que de reconnaitre que la période est délicate, que les joueurs sont usés, à l'image de Grandsir, suite à un turnover impossible suite aux limites de l'effectif. Et le calendrier s'annonce compliqué, quoiqu'en dise le coach. La victoire face à Caen est illusoire et la défaite à Lyon envoie le club dns la zone des relégables. Pour le dernier match face à Monaco, tout se joue entre l'ESTAC et Toulouse. Les troyens doivent gagner et espérer une contre performance des toulousains face à Guingamp. Les toulousains font le métier au contraire de troyens qui passent complètement à coté du sujet. Et pour la première fois le club "valide" une relégation à domicile. Retour à la case départ, comme d'habitude.

Le club parle du manque de soutien populaire lors de la saison. Mais le public connait trop la chanson depuis des années. L'ESTAC a le niveau d'un très bon club de Ligue 2 , mais la Ligue 1 se refuse à elle. Pourtant des clubs comme Amiens, Angers ou Dijon n'ont pas forcément plus de moyens et l'engouement populaire se vaut, donc les reproches sont partagés. ET encore une fois on report d'une page blanche avec un nouvel entraineur. Passé la déception, on se remobilise et on repart pour une prochaine saison qui s'annonce passionnante.

Effectif de la saison - le film de la saison - le tricasse d'or