Saison 2021 - 2022

Ligue 1

Sommaire

1986-1987 / 1987-1988 / 1988-1989 / 1989-1990 / 1990-1991 / 1991-1992 / 1992-1993 / 1993-1994 / 1994-1995 / 1995-1996 / 1996-1997 / 1997-1998 / 1998-1999 / 1999-2000 / 2000-2001 / 2001-2002 / 2002-2003 / 2003-2004 / 2004-2005 / 2005-2006/ 2006-2007/ 2007-2008 / 2008-2009 / 2009-2010 / 2010-2011 / 2011-2012 / 2012-2013/ 2013-2014 /2014-2015/ 2015-2016 /2016-2017 / 2017-2018 / 2018-2019 / 2019-2020 / 2020-2021 / 2021-2022

   
pts
j
g
n
p
bp
bc
dif
01 PARIS
86
38
26 8 4 90 36 +54
02 MARSEILLE
71
38
21 8 9 63 38 +25
03 MONACO
69
38
20 9 9 65 40 +25
04 RENNES
66
38
20 6 12 82 40 +42
05 NICE
66
38
20 7 11 52 36 +16
06 STRASBOURG
63
38
17 12 9 60 43 +17
07 LENS
62
38
17 11 10 62 48 +14
08 LYON
61
38
17 11 10 66 51 +15
09 NANTES
55
38
15 10 13 55 48 +7
10 LILLE
55
38
14 13 11 48 48 -
11 BREST
48
38
13 9 16 49 57 -8
12 REIMS
46
38
11 13 14 43 44 -1
13 MONTPELLIER
43
38
12 7 19 49 61 -12
14 ANGERS
41
38
10 11 17 44 55 -11
15 ESTAC
38
38
9 11 18 37 53 -16
16 LORIENT
36
38
8 12 18 35 63 -28
17 CLERMONT
36
38
9 9 20 38 69 -31
18 SAINT ETIENNE
32
38
7 11 20 42 77 -35
19 METZ
31
38
6 13 19 35 69 -34
20 BORDEAUX
31
38
6 13 19 52 91 -39

-Et revoilà l'ESTAC en Ligue 1. La mission une nouvelle fois sera enfin d'obtenir ce fameux maintien qui fuit le club depuis 2006. Le coach continue dans la voie du jeu de possession et du jeu imposé lors de l'année du titre. Bien sûr pour y arriver, le club s'appuie sur l'effectif de la montée en y ajoutant jeunesse et expérience. Ripart, Baldé habitués de la Ligue 1, Kaboré, Biancone pour la folie de la jeunesse et que dire de l'arrivée du champion du monde Rami. Pas de pitié pour son retour, l'ESTAC entame le championnat face à Paris. Un match qui va montrer la voie à suivre. Courage, abnegation, technique, soutien. Malgré l'ouverture du score et avec un poil de réussite, le retour aura été parfait, peu importe, le visage démontré est cohérent. Néanmois, il faudra attendre la 5ème journée et un déplacement à Metz pour ouvrir le compteur victoire grâce aux nouveaux arrivants Rodrigues et Chavalerin. Dans le jeu l'ESTAC fait plus que bonne impression, mais elle avance au ralenti, recoltant des points du nul face à Angers, Montpellier, et une défaite à Lyon malgré l'ouverture du score à chaque fois. Le match face à Nice est une démonstration de force collective, la victoire fais du bien, moins que celle ramené de haute lutte lors du derby à Reims, L'ESTAC est bien la captiale historique de la champagne. Le nul face à Rennes est un tournant. Pensant tenir la victoire, l'équipe concède encore un nul. La suite est plus compliqué avec des défaites face à des concurrents direct, juste masqué par le succés face aux merluts. La trêve arrive à point nommé pour panser les plaies, recharger les batteries.

-Coup de tonnerre la veille de noël, par un communiqué le club annonce se séparer du coach Battles. La communication semblait rompue entre les parties. Irles fait son appartion, une surprise qui n'en est pas une, vue que le club souhaitait déjà son arrivée lors l'intersaison estivale. En plus du coach, de nouvelle tête arrive en masse, Conte, Mothiba, Ugbo entre autre. Plus étrange, le capitaine de toujours Giraudon ne plait pas au coach et lui montre la porte, tout comme El Hajjam, pourtant efficace, qui va occuper le banc lors de la phase retour. Le discours d'entrée est radicale. Fini le beau jeu, place à la défense et le jeu de transition. La mise en place est difficile avec une nouvelle méthode, des joueurs perdus et les départ à la CAN. Rien ne va, deux raclées mémorables à Brest et Rennes sonne l'heure de la fronde dans le public. A la mi temps du match face à l'OM, l'ESTAC est dernière. Le but de l'inusable Touzghar dans les arrêts de jeu est une véritable bouffée d'oxygène. La victoire capitale à Bordeaux annonce le début de la révolte. Le nul courageux à Saint Etienne confirme la tendance et la victoire essentielle dans le derby confirme que cette équipe ne lachera rien. On pense que l'effectif craque de nouveau face à Clermont et à Nice, mais il n'en est rien. La démonstration face à Lille remet les choses en place et finalement c'est au Parc que l'ESTAC parachève le tableau. Mené 2-0, les joueurs sortent une remontada dantesque et assure le point du nul, qui assome la concurrence et acte quasiment le maintien. La défaite face à Lens lors de la cloture à domicile n'y changera rien. L'ESTAC reste en Ligue 1. La banderole des MT résume très bien le sentiment général : " derbys remportés, maintien assuré, vous êtes notre fierté ". A l'année prochaine en Ligue 1 !!!

Effectif de la saison - le film de la saison - le tricasse d'or